samedi 3 décembre 2016

Goat Mountain

Goat Mountain est un roman de David Vann paru en Septembre 2014 aux éditions Gallmeister.

Présentation de l'éditeur :
Automne 1978, nord de la Californie. C’est l’ouverture de la chasse sur les deux cent cinquante hectares du ranch de Goat Mountain où un garçon de onze ans, son père, son grand-père et un ami de la famille se retrouvent comme chaque année pour chasser. À leur arrivée, les quatre hommes aperçoivent au loin un braconnier qu’ils observent à travers la lunette de leur fusil. Le père invite son fils à tenir l’arme et à venir regarder. Et l’irréparable se produit. De cet instant figé découle l’éternité : les instincts primitifs se mesurent aux conséquences à vie, les croyances universelles se heurtent aux résonances des tragédies. Et le parcours initiatique du jeune garçon, abandonné à ses instincts sauvages, se poursuivra pendant plusieurs jours, entre chasse au gibier et chasse à l’homme.
Soutenu par une prose poétique, précise et obsédante, Goat Mountain est le nouveau roman provocant et visionnaire d’un auteur au sommet de son art. Ce livre ambitieux contient en son essence l’humanité tout entière.

Encore un nouveau roman de l'auteur de Sukkkwan Island dans ma bibliothèque alors même que son nouveau livre, Aquarium, vient de paraître en France. Et comme dans ses autres romans, David Vann continue de sonder au plus profond de l'âme des êtres humains et d'en ressortir des problèmes toujours liés à la famille. Goat Mountain s'inscrit dans un ensemble psychanalytique de l'écrivain qui continue de marquer ses romans par l'empreinte de son passé, de son vécu.

Son rapport avec son père d'abord qui aimait la chasse et qui apparaît dans le roman tantôt comme un homme rustre, tantôt comme un père aimant mais qui n'arrive jamais à offrir de la tendresse à son fils. Puis son rapport avec les armes à feu qu'il combat tant bien que mal aux USA. C'est avec une arme à feu d'ailleurs que son père s'est suicidé lorsque David Vann était adolescent.

La narration du roman se fait à la première personne par un enfant de onze ans qui part chasser avec son grand-père, son père et Tom, un ami de son père. On peut déjà y voir, avec l’absence d'une fratrie et de la mère, comme un nouveau face à face entre lui et son père. Deux témoins sont tout de même là et seront également témoins du meurtre accidentel que le jeune garçon va commettre.

Qui est le véritable assassin dans l'histoire ? L'inexpérimenté, immature, qui a appuyé sur la gâchette ou celui qui lui a mis un fusil dans les mains y voyant un rituel imbécile de passage à l'âge adulte ? C'est bien là qu'est la véritable question ; qui est en faute ?
Le roman suit son cours avec un cadavre à transporter et une décision à prendre pour chacun des personnages : doit-on se taire ? Doit-on prévenir la police ? Dois-je protéger mon fils ? Doit-on laisser l'enfant se débrouiller ? Doit-on le punir à la hauteur de ses actes ?

Goat Mountain se transforme en véritable enfer pour cet enfant qui voyait en ces adultes des exemples pour lui-même. Bien que le roman ait ses longueurs et soit étrangement calme, on ressent le stress subi par l'enfant qui devient de plus en plus intense au fil des pages. Le final explose enfin, comme d'habitude chez l'auteur, et nous laisse une petite marque qui restera gravée encore longtemps après la lecture.

lundi 21 novembre 2016

Pétronille

Pétronille est un roman de Nathalie Nothomb paru le 20 août 2014 aux éditions Albin Michel.

Présentation de l'éditeur :
« Au premier regard je la trouvai si jeune que je la pris pour un garçon de quinze ans. »

Pétronille est une belle preuve d'amitié d'Amélie Nothomb pour la romancière Stéphanie Hochet. Pétronille et Amélie ont deux caractères opposés ; lorsque l'une brandit fièrement son poing gauche, l'autre s'offre un verre, voire une bouteille, de Moët & Chandon ou d'un tout autre grand champagne. Mais les contraires s'attirent et les deux femmes vont vite devenir inséparables tout en restant chacune un mystère pour l'autre.

Amélie fait la connaissance de Pétronille lors d'une séance de dédicace chez un libraire parisien. La rencontre est si particulière qu'Amélie est véritablement intriguée par ce personnage fort et hors du commun qu'est Pétronille. Depuis ce jour, les deux femmes partagent des coupes de champagne et commencent à partager une amitié qui grandit de jour en jour.

L'auteur agrémente son roman de nombreuses anecdotes bien amusantes avec son style si particulier dont elle a le secret. Si le roman avait été écrit par un autre écrivain, je l'aurais sans doute trouver ennuyeux mais la façon dont Amélie Nothomb raconte son histoire est tellement particulière qu'on arrive à se projeter dans les différentes scènes et à sourire à de nombreuses reprises. Pétronille est un roman frais qui se lit vite et qui m'a fait passer un bon moment !

mercredi 16 novembre 2016

Anonymous

Anonymous, Souviens-toi du 5 Novembre est un roman dont l'auteur a préféré rester anonyme pour rendre hommage au mouvement dont il s'est inspiré, comme le précise la quatrième de couverture. Le roman est paru le 19 Octobre 2016 aux éditions Pygmalion.

Présentation de l'éditeur :
5 novembre 1605. Guy Fawkes tente de faire sauter le palais de Westminster le jour de l’ouverture de la Chambre des Lords. 5 novembre 2020. Le groupe Anonymous diffuse sur l’ensemble des chaines télévisées du monde entier un message étrangement menaçant.
Le monde est en train de basculer. Quatre siècles de conspirations vont trouver leur conclusion. Quatre siècles de luttes entre le Pouvoir et les servitudes qu’il impose, et les Anonymes et la liberté qu’ils défendent. De Shakespeare à John Lennon en passant par Charles Manson, l’Histoire appartient au complot. Ces personnalités étaient-elles des Anonymes ou des esclaves du Pouvoir?

Le masque de Guy Fawkes continue à faire parler de lui et cette fois c'est par un roman qui s'appuie sur des faits historiques pour construire l'histoire d'une grande conspiration anti-système qui dure depuis plus de quatre cent ans. En effet, c'est en 1605, le 5 Novembre pour être précis, que Guy Fawkes a mis en oeuvre un plan visant à faire exploser le palais de Westminster, ou Chambres du Parlement, à Londres. Dans le roman, nous faisons un bon léger vers le futur pour retrouver un monde vivant en 2020 et sous la menace d'une équipe de hackers plus douée que jamais ; les Anonymous.

L'auteur fait évidemment référence au célèbre collectif Anonymous dont les hackers qui ont joué plus d'un tour aux gouvernements ou autres organisations mafieuses en publiant par exemple les noms et coordonnées des membres ou en utilisant des attaques DDoS.
L'auteur, comme tant de curieux, semble avoir envie de connaître le cœur de cette organisation ou, du moins, il imagine que ce collectif est réellement organisé par un noyau central qui décide des actions à mener. J'ai trouvé d'ailleurs un peu dommage que l'auteur ne garde pas ses personnages un peu plus discrets, voire invisibles, car c'est ce qui fait le charme du collectif.

L'histoire est vraiment très bien ficelée. L'auteur utilise Guy Fawkes, John Lennon, Shakespeare ou encore Charles Manson pour monter une conspiration sur plusieurs siècles. Il le fait de manière efficace car il utilise de nombreux faits réels pour alimenter son histoire et arrive même à semer le trouble dans l’imagination de son lecteur. Les personnages sont intéressants, on part dans une aventure parfois dans le style d'un roman policier ou bien parfois dans un roman historique. J'ai eu ma petite préférence sur les passages concernant le grand Shakespeare et Guy Fawkes qui est devenu depuis le film V pour Vendetta un symbole important de la résistance anti-système, un peu à l'image du Che Guevara.



lundi 7 novembre 2016

Demain les chats

Demain les chats est le nouveau roman de Bernard Werber paru le 03 Octobre 2016 aux éditions Albin Michel.

Présentation de l'éditeur :
Pour nous, une seule histoire existait : celle de l'humanité. Mais il y a eu LA rencontre.
Et eux, les chats, ont changé à jamais notre destinée.

C'est au travers des yeux d'une chatte, nommée Bastet par sa servante, que nous parcourons la nouvelle histoire de Bernard Werber. L'auteur nous entraîne dans une France où les attentats se multiplient et où la guerre civile se met en place. Avec toutes les conséquences que cela peut apporter ...

Nous (re) découvrons donc l'humanité par les yeux et le jugement de chats. Bastet et son voisin Pythagore vont se rencontrer et vivre une aventure extraordinaire où la première apprendra à ouvrir son esprit pour comprendre un peu mieux comment fonctionnent les humains. C'est avec l'aide de Pythagore qu'elle va comprendre le comportement de sa servante (ou maîtresse selon où l'on se place) car celui-ci est doté d'un atout électronique hors du commun ... mais je ne vous gâcherai pas la surprise !

Le roman se lit d'une traite, l'histoire est sympathique et rythmée. L'auteur nous sensibilise sur le quotidien des chats et comment le moindre de nos gestes, même les plus anodins, peuvent être perçus par ces boules de poils ronronnantes. C'est également avec surprise et un grand plaisir que l'on découvre la place du chat dans l'histoire de notre civilisation et l'on est parfois bien surpris des faits relatés.

Les réflexions que l'auteur soulève au sujet de l'existence d'un être en règle générale et de sa place dans notre monde sont intéressantes et enrichissantes. Le final part un peu trop vrille à mon goût et le côté surnaturel ne m'a pas convaincu mais le roman dans sa totalité est plutôt une bonne surprise !

dimanche 23 octobre 2016

La tourmente

La tourmente est le deuxième tome de la trilogie En proie au labyrinthe de Marek Corbel. Le roman est publié aux éditions La Liseuse.

Présentation de l'éditeur :
Printemps 2017

À Athènes, le délégué du Cartel européen est tué avec son garde du corps, alors qu’il effectue une visite au vice-Premier ministre grec, à propos des mesures de déréglementation à mettre en œuvre.

Le président du Cartel européen entend coûte que coûte, dans un climat de contestation de son autorité politique, identifier les véritables commanditaires du meurtre.

Pendant ce temps, en région parisienne, l’ex-flic Girod s’engage dans une contre-enquête afin de rétablir l’honneur de son ancienne patronne et de son collègue assassiné mystérieusement, lors de la manifestation du 13 février 2016. 

Les membres du Collectif arrêtés ce jour-là, bénéficient d’une liberté conditionnelle, avant leur procès. Mais leur retour à la vie civile ne va pas sans créer des dissensions au sein du groupe. Dans une France toujours plus affaiblie, Julie entend renouer avec une action radicale, mais Arno Pagani est happé par les sirènes politiques de l’ancien député réformiste, résolu à attaquer le gouvernement d’union nationale. 

Dans ce second volet de la trilogie En proie au labyrinthe, l’ensemble des protagonistes est aspiré dans un abîme combinant politique, manipulations, crimes, mais également loyauté et engagement.
L’auteur donne à cette uchronie contemporaine la couleur d’un roman noir.

La suite de La Lutte débute peu de temps après les événements tragiques qui ont clos le premier tome. Et pour nous aider à nous remettre de l'ordre dans nos idées, l'auteur commence le roman par la présentation des différents personnages et un court résumé bien utile du premier tome.

Le Cartel européen est toujours en place et met toujours la pression aux pays d'Europe. C'est en Grèce, pays en proie à la crise depuis trop longtemps, que survient le meurtre atroce d'Enzo, le bras droit du président du Cartel. Ce dernier a décidé de tout mettre en oeuvre pour découvrir qui se cache derrière cette exécution bien préparée. Pendant ce temps là, Tomrine reconstruit un mouvement pour lutter contre la politique menée par le gouvernement français. Et pour cela, il demande l'aide d'Arno qui pourtant souhaite s'éloigner de la politique après la manifestation de février 2016.

Quant à l'ex-flic Girod, il veut se rapprocher de son fils tout en aidant "Madame Raymonde", sa chef lorsqu'il était encore à la Police. Les personnages sont nombreux, complexes et en proie à de nombreux doutes, et le personnage de Girod est de loin, à mon avis, le plus intéressant. Je trouve dommage d'ailleurs que l'auteur n'insiste pas un peu plus sur lui.

Comme pour le premier roman, l'auteur a dû fournir un travail impressionnant pour arriver à construire un tel scénario. Ce livre noir sur fond de géopolitique reste une fiction mais flirte tout de même fortement avec la réalité. Le roman est parfois un peu complexe à lire, faute à de nombreuses phrases longues et riches. Mais le tout est cohérent et surtout très intéressant.

mercredi 28 septembre 2016

Puzzle

Puzzle est un thriller de Franck Thilliez paru en octobre 2013 aux éditions du Fleuve Noir.

Présentation de l'éditeur :
Accepteriez-vous de mourir… dans un jeu ?

Ilan et Chloé sont spécialistes des chasses au trésor. Longtemps, ils ont rêvé de participer à la partie ultime. Celle de ce jeu mystérieux dont on ne connaît pas les règles, seulement le nom : Paranoïa.

Le jour venu, ils reçoivent enfin la règle numéro 1 : Quoi qu’il arrive, rien de ce que vous allez vivre n’est la réalité. Il s’agit d’un jeu.

Suivie, quelques heures plus tard, de la règle numéro 2 : L’un d’entre vous va mourir.

Quand les joueurs trouvent un premier cadavre, quand Ilan découvre des informations liées à la disparition toujours inexpliquée de ses parents, la distinction entre le jeu et la réalité est de plus en plus difficile à établir.

Paranoïa peut alors réellement commencer…

J'ai quelques romans de retard concernant l'auteur alors lorsque mon père m'a proposé de lire Puzzle, j'ai évidemment sauté sur l'occasion. Franck Thilliez, on ne le présente plus dans le monde du thriller, continue d'écrire et de ravir ses fans avec ses histoires souvent glauques et ses intrigues palpitantes.

L'auteur sort parfois de ses cycles Hennebelle / Sharko pour nous entrainer dans d'horribles histoires dans lesquelles il aime jouer avec son lecteur et ses personnages. Puzzle n'échappe pas à la règle, il s'agit d'un one shot.
Lors de la première partie, j'ai cru que l'auteur allait revisiter le film The Game mais finalement ce n'est pas le cas. On fait la rencontre d'Ilan, un jeune homme perturbé par la mort de ses parents et qui tente de résoudre une énigme laissée par ces derniers. Une énigme qui semble importante puisqu'elle commence à attirer les convoitises. Enfin c'est ce qu'Ilan pense puisqu'il remarque plusieurs phénomènes étranges. Des gens se seraient introduits chez lui ... et régulièrement !

Et ce n'est pas Chloé, son ex petite amie, qui va douter de ses paroles puisqu'elle-même vît des évènements inquiétants qu'elle associe au célèbre et fantomatique jeu de chasse au trésor : Paranoïa. Beaucoup en ont entendu parlé mais peu, voire très peu, savent vraiment si ce jeu existe ou s'il s'agit d'une légende urbaine.
Chloé et Ilan décident alors de continuer leurs recherches sur le jeu. C'est ainsi que les ex amants finissent dans un étrange bâtiment avec d'autres candidats en plein cœur du jeu. Mais tout semble partir en vrille ... est-ce réel ou est-ce le jeu ? C'est la question à laquelle vous ne saurez répondre avant la fin du roman. Qu'est-ce qui est vrai et qu'est-ce qui ne l'est pas ? L'auteur prend un malin plaisir à jouer avec nos nerfs.

L'ambiance est stressante quasiment tout du long du roman. Franck Thilliez a bien réussi une nouvelle fois de ce côté. Par contre l'intrigue, malgré qu'elle soit bien ficelée, s'essouffle un peu dans la seconde partie de l'histoire et on semble partir bien trop vite du jeu.
Je dois avouer avoir décrocher à quelques reprises car certains passages ne m'ont pas captivé. La fin est plutôt bonne bien que je n'ai pas été très surpris. Puzzle ne restera pas dans ma mémoire comme une référence dans la bibliographie de Franck Thilliez mais se lit plutôt bien et devrait ravir sans nul doute les amateurs du genre.

jeudi 1 septembre 2016

Sortie de classes

Sortie de classes est un roman de Laurent Torrès publié le 1 Septembre 2016 aux éditions Albin Michel.

Présentation de l'éditeur :
Prof de français dans un collège de banlieue, Julien est, comme tous ses collègues, submergé par la pression du système éducatif, la détresse de parents en pleine misère sociale, et la dérive d’enfants sans avenir. Le jeune agrégé ne fonde guère d’espoir dans les vertus d’un métier qui consiste à valider ce qui existe. Issu d’une famille bourgeoise, il est en décalage avec ses élèves et une partie des professeurs. Son intérêt pour un gamin solitaire et mutique va le replonger dans ses années d’adolescence, hantées par le souvenir d’un ancien ami, souffre-douleur de sa classe.

Reddition, impuissance, désillusions, sentiment d’imposture… un tableau saisissant du monde enseignant et de ces professeurs qui errent entre espoir et découragement, lassitude et ennui. Un roman générationnel qui confronte les années SOS Racisme à l’époque actuelle, où internet a remplacé la sociabilité mais pas la cruauté des élèves.

Pour un premier roman, Sortie de classes est vraiment étonnant. L'auteur maîtrise son histoire de bout en bout et ne rentre jamais dans les clichés sur l'école comme on peut bien trop souvent les voir à la télévision ou lire dans d'autres romans. Son histoire sonne vrai et c'est pour cela qu'elle nous passionne dès les premières pages.

Julien est professeur de français dans un collège de la région parisienne. Dans sa classe, il aperçoit Sofiane, un élève discret, trop discret, qui lui rappelle certains fantômes de son passé. Malheureusement, son passé il l'a pratiquement oublié, comme si, en vieillissant, il l'avait jeté dans un grand sac poubelle et enfoui quelques mètres sous terre au fond du jardin.
Ses souvenirs reviennent malgré tout bribe par bribe et sa principale découverte est le visage d'un camarade qu'il a côtoyé quelques temps. Un camarade qui paraît pourtant être un fantôme le temps que Julien approfondisse ses recherches. Louis était un camarade discret lui aussi. Le genre d'élève à rester loin des autres, prostré dans son coin. La cohabitation entre Louis et les autres élèves semblait totalement impossible puisque celui-ci avait un goût mature et prononcé pour la littérature et l'art en général. Il n'était pas du genre à soulever les jupes des filles et à pousser les autres garçons.

L'auteur nous fait donc voyager entre le passé du professeur et son présent. C'était en analysant ses actions passées qu'il s'aperçoit qu'il commet les mêmes erreurs ou fautes qu'il reprochait aux autres lorsqu'il était plus jeune. Il peut alors faire un constat de sa vie présente, ce qui semble lui permettre d'ouvrir un peu plus les yeux.
En effet, Julien est un professeur qui bouillonne de plus en plus intérieurement. Il en a assez de tous ces conseils de discipline chaque semaine, assez de ces parents d'élève qui se plaignent des notes mais qui ne font rien pour aider leurs enfants, et, par dessus tout, il en a assez des problèmes des autres. Même de Farid, un collègue qui semble être l'un de ses meilleurs amis.

Sortie de classes nous amène intelligemment à la réflexion sur des sujets comme la vie des professeurs et de l'éducation en générale en comparant le tout à l'époque où il était lui-même élève. Il nous laisse à plusieurs reprises devant nos responsabilités. Qu'aurions-nous fait ? Et comment ?
J'ai lu ce roman d'une traite. Je pourrais en parler pendant des heures tellement j'ai aimé le lire. Je le conseille vivement car c'est un vrai coup de cœur de la rentrée littéraire ! Bonne lecture à tous !